Jeunes chercheurs et enfants dialoguent

Le 21 juin 2013, 6 jeunes chercheurs ont présenté leur démarche de recherche à deux classes d’élèves de cycle 3 d’Haroué. Les 55 enfants ont participé chacun à 5 ateliers interactifs et ludiques. Enfants et chercheurs ont été enchantés de cette expérience à bénéfice réciproque ; les chercheurs ont appris à présenter leur démarche de façon simple et à prendre du recul par rapport à leur activité quotidienne ; les enfants ont découvert le travail de recherche.

L’Experimentarium fait partie des actions dont La Vigie de l’eau est responsable dans le cadre du programme CERCo (Construire ensemble une région de la connaissance) retenu par les Investissements d’Avenir.

Pour en savoir plus :

Le portrait des chercheurs

 

Des pistes pour prévoir le climat à court terme

Quel climat pour demain ?

Une question qui mobilise nombre de scientifiques de toute discipline ! Parmi eux, le CERFACS (Centre Européen de Recherche et Formation Avancée en Calcul Scientifique), basé à Toulouse, semble avoir fait une avancée dans la prévision à court terme.

En effet, l'échelle de temps sur laquelle travaillent les climatologues actuellement est de l'ordre de 30 ans minimum. Le projet PRECLIDE piloté par le CERFACS vise à établir des prévisions climatiques à 10 ans. Lancé en 2011, ce projet vient de boucler sa première phase qui consistait à tester un nouveau modèle. Les résultats sont encourageants : le modèle développé reproduit fidèlement le climat à 10 ans sur les années 1960 - 2005.

L'astuce ?

Introduire dans le modèle les oscillations océaniques, atlantiques et pacifiques autrement dit les variations de pression et de température liées au couplage océan-atmosphère. Cette variable qui s'ajoute aux concentrations des gaz à effet de serre et des aérosols anthropiques permet ainsi d'affiner la précision des résultats.

La suite ?

La 2e phase du projet va être consacrée à l'application du modèle aux 30 prochaines années pour avoir une idée du climat en 2023, 2033, 2043. Résultats prévus pour la fin du projet en 2014.

PRECLIDE est un projet international piloté par la France incluant le CERFACS, le CNRS, Météo France, l'Université de Reading (au Royaume Uni) et l'Université de Toronto (au Canada)

Pour en savoir plus

Nitrates et pesticides...toujours d'actualité

La pollution de l'eau aux nitrates et pesticides est un sujet récurrent qui refait surface avec 2 actualités : la publication d'un rapport de l'Inserm sur l'effet des pesticides sur la santé et la condamnation de la France par l'Europe au sujet des nitrates.

Le rapport de l'Inserm sur les pesticides

A la demande de la Direction Générale de la Santé, l'Inserm a constitué un comité d'experts chargé d'étudier les effets d'une exposition aux pesticides en particulier pour les professionnels, les foetus et les jeunes enfants. Le rapport fait mention d'une augmentation du risque pour la maladie de Parkinson et  certains cancers pour les professionnels. Concernant les expositions en périodes de développement (foetus, jeunes enfants), plusieurs études montrent une augmentation du risque de malformations congénitales,de leucémie, une diminution du poids de naissance et des atteintes neurodéveloppementales .

 

Les mécanismes biologiques ne sons pas tous identifiés, sans parler des effets "cocktails" méconnus : on sait analyser l'effet d'une substance mais pas de plusieurs  mélangées à faibles doses. Les experts rappellent que «ne pas être en mesure de conclure ne veut pas dire obligatoirement qu’il n’y a pas de risque».

Le dossier de presse de l'Inserm

La synthèse de l'expertise

La France épinglée par la cour de justice de l'Union européenne pour manquement à l'application de la directive nitrates de 1991

La Commission européenne avait donné jusqu’à fin 2011 à la France pour revoir la cartographie des zones vulnérables aux nitrates. Mais, constatant un manquement de conformité à une directive européenne datant de 1991, elle a traduit la France devant la Cour de justice européenne le 13 juin 2013.
Pour l'instant pas encore d'amende officielle, mais les sanctions pécuniaires pourraient être très lourdes : 28 millions d'euros auxquels s'ajoute une astreinte journalière de 118 000 euros...de quoi faire rapidement monter la note !

Un article du Monde

Le point sur...les nitrates dans les eaux souterraines - Ministère de l'écologie

Pour en savoir plus :

Notre dossier

Les nappes font le plein !

Plus de déficit pour les nappes superficielles

Pour la première fois depuis plus de 10 ans, 89 % des nappes phréatiques françaises ont un excellent niveau. Dans le bassin Rhin-Meuse, cette situation concerne même 98 % de ces nappes situées à faible profondeur.

Pourquoi ?

Cette situation résulte de l’abondance des précipitations hivernales (pluie et neige) qui ont été supérieures de 15 à 20 % à celles d’un hiver moyen. Or les nappes phréatiques sont des réserves d’eau situées à faible profondeur. Elles sont donc très sensibles aux variations de précipitation. Ces nappes se rechargent en hiver, particulièrement quand celui-ci est pluvieux comme 2013.

Il est à noter que les nappes profondes ne réagissent que faiblement aux variations interannuelles des précipitations. En effet, l’eau peut mettre de nombreuses années à atteindre ces réservoirs comme c’est le cas pour la nappe des grès vosgiens (voir plus loin).

Les précipitations de mars 2013 dans le bassin Rhin-Meuse

Nous avons vécu un mois de mars très inconstant. La première décade a reçu des précipitations deux fois moins abondantes que ce qu’on attendait alors que la deuxième décade a reçu le double de ce qui était attendu. Au total un mois plus sec que d’habitude, sans que cela mette en péril la recharge des nappes.

Aurons-nous des restrictions d’eau cet été ?

L’année 2013 a donc toutes les chances de ne pas être une année sèche, ce qui ne remet pas en cause la nécessité d’être vigilant et d’économiser l’eau.

Comment s’informer

Le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières), L’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques), les DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) et les Agences de l’eau font régulièrement le point et publient documents de synthèse et rapports plus détaillés.

Afin de connaitre mensuellement l’état des nappes et des cours d’eau d’Alsace et de Lorraine, des documents de synthèse, réalisés par les DREAL, sont disponibles ici

Et pour la nappe des grès du Trias inférieur ?

La nappe des grès du Trias inférieur, communément appelée nappe des grès Vosgiens, présente elle aussi un bon niveau de recharge à la sortie de l’hiver 2013. Cette bonne recharge est visible au niveau des affleurements de cette nappe dans le département des Vosges (Exemple ci-dessous de Celles-sur-Plaine).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cependant, le bon état quantitatif de la nappe des GTI au niveau des affleurements n’est pas représentatif de l’état de cette nappe dans son ensemble. En effet, les secteurs reconnus comme présentant un déficit quantitatif chronique (bassin de Vittel-Contrexéville – secteur du SAGE GTI) sont très peu soumis aux variations de précipitations interannuelles. Les eaux prélevées sur ces secteurs étant datées entre 5 000 et 30 000 ans, les variations des précipitations ont des effets moins notables qu’une baisse des prélèvements. (Exemple avec le relevé des niveaux piézométriques à Lignéville)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Pour aller plus loin :

 

Bateau… sur l’eau…

Vous voulez faire une croisière sur la Moselle en France ? Mais comment savoir à quelle heure passer les écluses ? quels sont les dangers à éviter ?  où s’arrêter pour la nuit ? comment connaître les zones en travaux ? peut-on estimer le temps du trajet ? Autant de questions que vous vous posez. 

Voies Navigables de France vous dit tout. Depuis ce mois d’avril 2013, une carte électronique de la navigation sur la Moselle est à votre disposition, gratuitement, sur le site de VNF .

Vous pourrez y trouver toutes les informations sur la Moselle canalisée, de Neuves Maisons  près de Nancy à Apach, petite commune lorraine de moins de 1000 habitants, à la frontière de trois pays : la France, le Luxembourg et l'Allemagne..

Pour en savoir plus :

 

Quantité d'eau : une équipe de recherche renouvelée pour 5 ans.

Le ministère de l’Agriculture (Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche) a agréé l’unité mixte technologique (UMT) Eau “Outils et méthodes pour la gestion quantitative de l’eau, de l’exploitation agricole au territoire” pour son programme de recherche et développement sur cinq ans (2013-2017).

Créée en 2007, cette unité a pour ambition de contribuer à une meilleure utilisation des ressources en eau dans un contexte de changement climatique, en s’intéressant à l’adaptation des systèmes irrigués sur différentes échelles d’espace et de temps. Les recherches menées contribueront à la mise à disposition de solutions opérationnelles pour une agriculture compétitive, durable et respectueuse des ressources et de l’environnement.

Elle associe sur le pôle Toulouse – Baziège six partenaires

  • ARVALIS – Institut du végétal (organisme porteur),
  • l’INRA (UMR AGIR, UR BIA et LERNA),
  • le Centre Technique Interprofessionnel des Oléagineux et du Chanvre (CETIOM)
  • le Centre d’Etudes Spatiales de la Biosphère (CESBIO) / Université Paul Sabatier (Toulouse III),
  • la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG),
  • la Chambre Régionale d’Agriculture de Midi-Pyrénées (CRAMP)

Le programme 2013-2017 s'articule autour des thèmes suivants :

  • Comment répartir la ressource en eau dans l’espace et le temps ?
  • Comment améliorer l’équilibre entre ressources et besoins ?
  • Quelles méthodes de modélisation et d’évaluation des systèmes irrigués utiliser?

L’interaction entre partenaires est également un élément clef de ce programme. Elle vise à favoriser une animation scientifique interdisciplinaire sur la gestion de l’eau, un meilleur transfert entre recherche, instituts techniques, développement et gestionnaires, le développement de méthodes et d’outils utilisables par les acteurs et la conception de cycles de formation sur la gestion durable de l’eau.

Pour en savoir plus

Qualité de l’eau : informez-vous !

La publication en mars 2013 par la revue  « 60 millions de consommateurs » d’un dossier sur la qualité de l’eau a provoqué quelque émotion dans le public en publiant des résultats d’une étude sur l’eau, menée en partenariat avec la Fondation Danielle-Mitterrand France Libertés et particulièrement, en annonçant avoir trouvé des traces de polluants dans des eaux  en bouteille.

Qu’en est-il vraiment ?

Pour permettre à chacun de se faire une opinion, La Vigie de l’eau vous invite à découvrir :

Newsletter n° 6 en ligne

La newsletter de la Vigie de l'eau paraît tous les mois autour du 20. Elle vous informe des activités de l'association et des dernières actualités sur l'eau.

Retrouvez la désormais en ligne dans la rubrique "En ce moment".

Les enjeux de l'eau à la Radio

Les agences de l'eau ont lancé une grande consultation du public jusqu'au 30 avril 2013 sur les enjeux de l'eau. Mais quels sont-ils ? Pourquoi chacun est appelé à donner son avis ? Comment peut-on agir ? C'est pour répondre à ces questions qu'une série de 5 émissions radio est proposée par La Vigie d l’Eau et l’INRA sur Radio Jérico.

Chaque lundi depuis le 25 février, l'émission "Durablement vôtre" animée par Eric Mutschler propose un éclairage sur les enjeux de l'eau avec un invité : chercheur, expert, membre de l'association, représentant de l'agence de l'eau Rhin-Meuse, etc.

Retrouvez ces émissions dans notre sonothèque.

Vous avez dit « continuité écologique ? »

Le retour à la continuité écologique des cours d’eau fait partie des enjeux retenus par l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse, en vue de la révision du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux qui doit être effectuée pour 2015.

De quoi s'agit-il ? Quels en sont les obstacles ? Quels exemples en Lorraine ?

Lire l'article

Télécharger l'article en pdf

Pages